Communiqués de la société des anglicistes de l'enseignement supérieur

Publié le par SAES

Paris, le 2 avril 2009

La nouvelle est arrivée hier soir à 21h36 sur la messagerie de la Société des anglicistes de l'enseignement supérieur (SAES) : le correspondant à Tours de la société avait été brutalisé par un policier et placé en garde à vue. A présent relâché, il est menacé de poursuites pour s'être interposé entre des policiers et un malheureux SDF qui accompagnait une manifestation pacifique, et pour avoir tenté de prendre des photographies. Immédiatement, les messages d'indignation de collègues de toute la France et de toutes les générations ont afflué et ce matin à 9h17, le président de la société a, au nom du bureau, publié le communiqué suivant :

« Nous avons appris avec émotion l'hospitalisation hier soir de notre collègue Guillaume Cingal, ainsi que son placement en garde à vue.

Au nom de la SAES, le Bureau et moimême tenons à l'assurer, ainsi que l'ensemble des collègues du département d'anglais de Tours, de toute notre sympathie. La SAES, attachée à la concertation et à un dialogue qu'elle n'a cessé de demander, tient à rappeler très nettement, et particulièrement dans ce contexte tourmenté, qu'elle réprouve toute forme de violence. Jean Viviès président de la Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur »

RAPPEL

Après les négociations du 11 mars sur la réforme du statut des enseignants-chercheurs et du CNU, la SAES a organisé une consultation de ses 2213 adhérents par courrier électronique, du 12 au 17 mars. Ceux-ci y ont participé dans une proportion équivalente à celle qu'a connue la dernière élection au Conseil National des Universités (environ 45%) et, à plus de 97%, les participants se sont prononcés en faveur du texte suivant :

« Après étude des propositions contenues dans le communiqué issu des récentes négociations entre le ministère et certaines organisations syndicales, et après consultation de l'ensemble de ses adhérents, il apparaît à la SAES que les demandes essentielles de la communauté universitaire restent insatisfaites. En outre, la SAES continue à refuser la modalité de réforme des concours de recrutement de l'enseignement secondaire imposée par les deux ministres concernés. »

L'événement, ici, n'était pas seulement qu'une société savante s'intéresse à la réforme des concours de recrutement de l'enseignement primaire et secondaire, qui affecte directement la discipline qu'elle représente, second volet de la position proposée aux adhérents bien relayé par les agences de presse. C'était que pour la première fois de son histoire cinquantenaire, elle se prononçait d'abord sur une question "politique" : les projets de réforme du statut des enseignants-chercheurs.

Tous les détails de cette consultation, et des prises de position successives de la SAES, seule ou avec d'autres sociétés savantes, sur les questions en débat se trouvent sur son site: www.saesfrance.org

François Poirier,
Vice-président de la SAES
Professeur à l'Université Paris 13

Publié dans Actualités nationales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article