Réparation des inversions de carrières : un succès de la mobilisation

Publié le par SNESup

 

La sortie du décret, le 23 avril 2009, sur le classement

des personnes recrutées comme enseignantschercheurs

avait corrigé des dispositions jusqu’ici

scandaleuses concernant la prise en compte des

activités antérieures. Or rien n’avait été prévu pour

éviter que les enseignants-chercheurs déjà nommés ne

soient victimes d’une inversion de carrière, c’est-à-dire

ne soient dépassés dans l’échelle indiciaire par les

collègues nouvellement recrutés à la suite d’un cursus

identique.

Le SNESUP a dès le printemps alerté les collègues sur

cette situation et effectué une enquête auprès de

l’ensemble des enseignants-chercheurs. Il a ainsi pu

apporter la preuve de l’existence de très nombreuses

situations injustes. Il a interpellé le ministère, rappelant

que la ministre s’était engagée à ce qu’aucune

inversion de carrière ne soit à déplorer.

Grâce à l’action résolue du SNESUP et la forte

mobilisation des collègues un amendement

gouvernemental a été adopté lors de l’examen du

projet de loi de finances 2010 par l’assemblée

nationale. Passé ce cap, il doit maintenant passer au

Sénat. Le SNESUP se réjouit de la mise en oeuvre

d’une solution propre à réduire les situations qu’il n’a

cessé de dénoncer.

Le texte prévoit que, dans un délai de 6 mois à compter

de la publication de la loi budgétaire, chaque collègue

titularisé avant le 1er septembre 2009 puisse déposer à

nouveau une demande de reclassement sur la base du

decret EC modifié. Le ministère leur fera alors une

proposition de classement prenant en compte, outre les

activités antérieures au recrutement, une ancienneté

d’un an compensant la réduction de la durée du

premier échelon. Chaque collègue aura alors deux

mois pour accepter ou refuser ce reclassement.

Dès maintenant, le SNESUP appelle tous les collègues

à constituer leur dossier, comprenant la liste des

activités et justificatifs (contrat, attestation d’activité…)

dont ils demandent la prise en compte ainsi qu’à se

rapprocher des sections locales du SNESUP.

Sans constituer une rétroactivité totale –seule mesure

susceptible de supprimer toute situation d’injustice- ce

résultat important apportera à de nombreux collègues

une amélioration notable et totalement justifiée de leur

situation. Le SNESUP voit dans ce bénéfice pour les

collègues un résultat à porter au crédit des

mobilisations de la communauté universitaire et à

l’action résolue de notre syndicat. Ces améliorations de

carrière sont la preuve que la lutte paye.

Publié dans Actualités nationales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article